Les dix ans de Mer et Monde et les neuf ans
de « Mar y Mundo » au Honduras !
par Isabelle, Caroline et François

Neuf ans d'apprentissages, de découvertes, d'efforts, de mises sur pied de réseaux et de liens solides. Un travail colossal fut réalisé par tous les amoureux du Honduras qui sont passés mettre la main à la pâte pour construire ce que nos sommes aujourd'hui. Mer et Monde, c'est surtout neuf ans de rencontres et d'échanges entre les volontaires québécois et la population hondurienne. Neuf ans à créer des liens de solidarité, des amitiés durables et même quelques mariages! Depuis ses débuts, Mer et Monde est en constante évolution en s'adaptant aux réalités économiques, sociales et politique du pays, ainsi qu'aux besoins des meretmondiens qui choisissent notre organisation. Jusqu'à présent, les voix réunies des volontaires et partenaires honduriens, nous confirment que c'est un succès! Pour l'avenir, on se souhaite donc de continuer à développer de nouveaux projets, tout en participant à la construction de cette solidarité internationale, indispensable à un monde plus juste.

Déjà 4 mois sont passés depuis notre déménagement dans la colonie Alameda. Durant cette période, nous avons accueilli quelques groupes qui ont pu mettre une couleur meretmondienne à cette nouvelle maison et apporter une saine énergie de solidarité. Notons donc le passage des groupes collégiaux du Cégep de Carleton et du Collège Jean- de-Brébeuf, ainsi que le groupe secondaire, Pensionnat St-Nom-de-Marie. Une stagiaire individuelle a aussi vécu une expérience unique de deux mois dans la communauté de San Matias en périphérie de la capitale, partageant son quotidien avec une famille hondurienne. De plus, le groupe QSF spécialisé, ayant vécu aussi en familles à Tegucigalpa dans la colonie de Los Robles, a complété son stage à l'Institut Juana Leclerc le 20 août dernier. Autant l'institution que les stagiaires semblent très satisfaits des résultats.

La visite de Anne Loranger-King, coordonnatrice à la formation Honduras à Montréal, a su apporter un vent de dynamisme à l'équipe de coordination. Celle-ci a passé deux semaines sur le terrain, où elle a pu rencontrer différents partenaires de stage. Ainsi, elle a pu retrouver l'essence de la communauté hondurienne qu'elle avait tant appréciée il y a de cela trois ans, lors de son accompagnement d'un stage QSF.

De plus, de la mi-mai à la mi-août, s'est jointe à l'équipe terrain, Isabelle Viens, à titre d'accompagnatrice de groupe en vue d'appuyer le travail des coordonnateurs dans cette saison plus occupée. Elle a également reçu une formation concernant les grands enjeux de la coordination terrain au Honduras dans le but de prendre la relève de la coordination lors du départ de Caroline et François, en février 2010. L'automne au Honduras s'annonce plutôt tranquille, ce qui permettra à Caroline et François de consolider les liens avec les différents partenaires, de se lancer à la recherche de nouveaux milieux de stage, de mettre à jour les différents dossiers et de préparer l'arrivée d'une stagiaire individuelle en octobre.

Finalement, nous ne pouvons passer sous silence la situation politique qui touche actuellement le Honduras. Depuis la présence de Mer et Monde en terres honduriennes, c'est la première grande crise qui ébranle le pays et qui laisse le peuple avec un sentiment d'incertitude concernant la suite des évènements. On se rappelle que la dernière grande tourmente ayant touché le pays fût l'ouragan Mitch, en 1998. L'actuelle crise politique touche l'ensemble de la population et par conséquent, Mer et Monde sur le terrain. L'incertitude politique et économique du pays nous place dans une zone grise pour ce qui est des stages que nous offrons au Honduras. Suite à cette situation, deux stages ont été écourtés en juillet et un autre fût reporté à l'année prochaine. Il est évident que nous vivons un moment particulier qui ébranle plusieurs aspects organisationnels des stages et qui nous lance sur une piste de réflexion importante touchant l'avenir de Mer et Monde au Honduras. Nous demeurons cependant optimistes dans le déroulement des évènements et positifs pour la suite des activités au Honduras.

Pour reprendre une expression commune au Honduras, Vamos a salir adelante, si Dios quiere! Ojala!

(Nous sortirons de cette situation, si Dieu le veut! Espérons-le!)

Vaya pues!

 

  < précédente