Témoignage Par Marie-Michelle Beauregard

Il y a deux ans, pratiquement jour pour jour, je m'installais à la Ferme Berthe-Rousseau dans l'espoir que la vie communautaire m'aide à voir plus clair dans ma vie personnelle. Cela faisait déjà quelques mois que j'avais abandonné mes études, que mon boulot ne me satisfaisait plus, que je m'isolais et déprimais. J'étais alors convaincue de vivre dans une société où chacun suit son chemin sans se soucier des autres, et cette croyance alimentait l'état dépressif dans lequel je m'enfonçais.

Avec un peu de recul, je pense que l'esprit de solidarité, l'amour inconditionnel et la confiance qui règnent à la Ferme m'y ont attirée. À mon arrivée, alors que je me sentais incompétente dans tout ce que je faisais, les personnes extraordinaires qui font vivre la Ferme m'ont aidée à rebâtir ma confiance en moi et en les autres. Chaque jour, le travail accompli ensemble au jardin et à l'étable permet à des gens blessés par la vie de remonter la pente, petit à petit.

Au fil des semaines, l'urbaine que j'étais a appris à prendre soin des animaux et à s'occuper d'une terre nourricière, mais le plus important est qu'elle a repris goût à la vie au contact de la chaleureuse famille de la Ferme Berthe-Rousseau.

 

  Refuge des jeunes de MontréalPar France Labelle, Directrice générale, Refuge des JeunesMISSION

Le Refuge des Jeunes de Montréal est un accueil de jour, de soir et de nuit fondé en 1989. Sa mission est de venir en aide à des jeunes hommes sans-abri et en difficulté de 17 à 25 ans. Le Refuge a accueilli en 25 ans 18 653 jeunes différents et plus de 100 jeunes ont eu accès à du logement social avec soutien communautaire (19 unités). Ces jeunes viennent de partout : de Montréal, du Québec, d'autres provinces canadiennes puis finalement, d'autres pays.

Différents types d'interventions sont déployés afin de répondre aux besoins, tant par la réponse immédiate du Refuge : accueil, références, suivi psychosocial de jour, que par le soutien communautaire en logement.

Bien plus qu'un accueil de nuit, le Refuge propose un volet important d'activités et de démarches se déroulant durant le jour. Ainsi, une trentaine de jeunes par jour fréquentent le Refuge, qu'ils soient en hébergement ou non.
AU-DELÀ D'UN PROFIL … LA DÉTRESSE DES JEUNES

Parmi les quelques 620 jeunes fréquentant l'un des services offerts au Refuge, la moitié ont connu un ou des placements en famille d'accueil et/ou en centre de réadaptation. Pour ce qui est de la santé mentale, 35% souffrent de problèmes, diagnostiqués ou non; 65% consomment des drogues; et 59% consomment régulièrement de l'alcool.

Les jeunes issus de communautés ethnoculturelles, qu'ils soient nés ici où ailleurs, se retrouvent dans une proportion de 26%. Bien que le Refuge ne soit pas une ressource totalement bilingue, des jeunes unilingues anglophones le fréquentent dans une proportion de 20%. La situation économique des jeunes accueillis demeure précaire puisque 47% sont sans revenu et surtout sans papier à leur premier séjour.

Toutes les actions du Refuge visent l'intégration de ces jeunes et l'amélioration de leurs conditions de vie.

 
 

 

< précédente