Des femmes agricultrices défient les normesPar Carmen Martínez, Coordonatrice exécutive de Tierra y Vida

L'association Tierra y Vida est présente dans le département de Carazo, situé au sud-ouest du Nicaragua. Depuis 24 ans, elle a propulsé le développement communautaire dans les quatre régions les plus pauvres du département. Son principal objectif est de renforcer l'organisation communautaire et ainsi d'améliorer la qualité de vie des familles vivant en secteur rural. C'est en poursuivant cet objectif que l'association a décelé le besoin de travailler la question des droits économiques des femmes. En effet, traditionnellement, les femmes sont considérées comme étant une main d'œuvre utile, mais ne font pas partie de la prise de décision ni de la distribution des gains et profits qui sont entièrement réservés aux hommes. Face à cette réalité et à la demande des femmes, Tierra y Vida a donc pris la décision de mettre sur pied un projet dirigé spécifiquement pour elles.

Ce projet consiste à offrir aux femmes un crédit sous forme d'animal de basse-cour (volaille, porc, vache, mouton). Après un certain temps, l'animal reçu se reproduit et la femme propriétaire, pour rembourser son crédit animal, doit offrir un bébé femelle à une autre femme de la communauté, afin que celui-ci se reproduise, fournisse un bébé femelle, et ainsi de suite. Les autres bébés engendrés peuvent alimenter la famille ou être vendus. Le projet a commencé en 2005 avec 172 femmes qui ont reçu les premiers « crédits animal ». Aujourd'hui, l'association compte 1000 familles de 25 communautés rurales touchées directement par ce projet qui a eu un grand impact dans la vie des femmes. Celles-ci se sont reconnues comme ayant des droits et la possibilité de prendre des décisions, et ce, non seulement au sujet des ressources productives et économiques de la famille. Tierra y Vida a observé que ce projet avait généré une grande satisfaction personnelle, et fait naître chez les femmes des désirs de dépassement et d'entreprenariat, comme en témoigne Francisca, une participante : « Il faut s'organiser parce que c'est bon de gagner son propre argent, de ne pas dépendre de son mari. Depuis que j'ai commencé à gagner mon argent, je me sens différente parce que je ne suis plus soumise à personne et que je peux prendre des décisions au sujet de mes ressources économiques. »

Pour Tierra y Vida, appuyer le développement économique et les droits des femmes, est un choix stratégique puisqu'il a été prouvé que lorsque la femme prend le pouvoir des ressources, les profits sont investis dans l'amélioration des conditions et de la qualité de vie des familles. Les femmes possèdent une vision plus claire et équitable du futur qu'elles veulent construire pour leur famille. L'intention de Tierra y Vida est de voir les femmes reconnaitre leurs droits économiques de manière intégrale, qu'en plus de gagner de l'argent, elles obtiennent l'autonomie, elles réfléchissent sur le rôle qu'elles veulent jouer dans la communauté et dans leur propre vie, qu'elles se voient comme des personnes à part entière, capables de décider de leur futur. De cette façon, Tierra y Vida contribue à l'amélioration des relations de pouvoir entre les hommes et les femmes et à l'amélioration de la société Nicaraguayenne.


< précédente