Quand le vivant nourrit les passionsPar Johanne Breton *

Les expériences de travail d'été peuvent parfois changer le parcours d'une vie! Ce fut mon cas, lors de mes études universitaires. De retour à la mi-juin d'une session à l'étranger, je déniche un emploi à la dernière minute sur une ferme maraichère biologique diversifiée. Sans me douter de rien, j'y découvre un monde fantastique : celui de côtoyer le vivant, de le cultiver, de le nourrir, de m'en nourrir et de le faire découvrir. C'est le début d'une grande passion qui grandira avec le temps.

N'ayant pas peur de relever des défis, je démarre mon entreprise en production maraichère biologique diversifiée au printemps 2009. Mes expériences précédentes comme gérante de production m'ont permis de me lancer dans cette aventure avec des connaissances bien solides. Mon entreprise, Les Jardins Naturlutte, a d'abord vu le jour sur une terre louée aux limites de Melbourne et de St-François-Xavier (Estrie) pour les 4 premières années de production. Depuis, nous produisons avec passion et entrain plus d'une cinquantaine de légumes et fines herbes sur une superficie de 5 acres. Une jeune femme qui se lance seule dans un projet agricole n'est pas chose commune au Québec. Au départ, certains fournisseurs me regardaient avec un drôle d'air, mais maintenant que le contact est établi, je me sens respectée de chacun. Pour qu'une entreprise dure, un bonne gestion est primordiale. Homme ou femme, là n'est pas la question.

La location d'une terre m'a permis de démarrer mon entreprise sans trop d'endettement et d'y développer mon réseau de mise en marché. Mais l'achat d'une terre devenait primordial pour la survie des Jardins Naturlutte. C'est un défi de taille de nos jours de trouver une terre de petite superficie, abordable et possédant un sol en bonnes conditions.

La chance me sourit enfin car, au printemps 2012, j'achète une terre située à Ulverton qui me permettra de consolider d'avantage mon entreprise. La terre acquise ne possédant aucune infrastructure, j'y ai fait construire un bâtiment qui me servira de lieu de production, d'entreposage, de manipulation pour les légumes et d'habitation, ainsi que deux serres. Le défi fut relevé, moi et mon équipe de Naturlutins avons produit sur ma nouvelle terre et dans les nouvelles installations pour la saison 2013! Les serres furent terminées juste à temps pour y faire germer et pousser les premiers semis de la saison.

Depuis le démarrage de l'entreprise, les récoltes sont vendues directement aux consommateurs, aucun intermédiaire entre le producteur et le consommateur. La majeure partie de la production est écoulée via le système de paniers biologiques hebdomadaires (fermier de famille, Équiterre) de juin à décembre. Les Jardins Naturlutte participent aussi à un marché fermier (marché Locavore de Racine) tous les samedis de juin à octobre. Malgré les défis de la vente directe aux consommateurs, j'ai choisi ce mode de mise en marché pour pouvoir partager ma passion de l'agriculture locale et biologique et éduquer les consommateurs sur la réalité et les défis agricoles, environnementaux, sociaux actuels.

Sur une ferme maraichère, plusieurs tâches différentes s'imposent; ramasser les roches, soulever les bacs de récoltes, laver les légumes, ensacher, charger le camion les jours de paniers. Pour les deux premières années, le hasard a fait que l'équipe était constituée uniquement de femme. La production n'en fut aucunement affectée et nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble. Depuis, des hommes se sont joints à l'équipe au hasard de la vie. Pour moi, homme ou femme, peu importe. L'important est l'énergie apportée dans le travail accompli et la passion de faire ce travail. Il est essentiel d'avoir une équipe de membres complémentaires, chacun avec des forces différentes et le désir de bien faire les choses.

Depuis le démarrage des Jardins Naturlutte, j'ai plus que doublé la production de légumes. En 2013, 140 familles ont reçu des paniers à toutes les semaines. Mon kiosque de vente à Racine à lui aussi connu une forte augmentation de ventes. En haute saison, j'embauche 3 personnes qui participent aux différentes tâches de la production. L'entreprise est toujours en expansion et les nouvelles installations permettront d'augmenter plus facilement la production.

* Les Jardins Naturlutte, 340 chemin Lisgar, Ulverton, www.jardinsnaturlutte.com.


< précédente