Des Groupements villageois de Pandienou à la Ferme Zéphir au Québec
Par Irène Deguene Dione, responsable des groupements villageois de Pandiénou.

Les stagiaires qui viennent au village nous ont permis d'échanger leur culture avec la nôtre et ce partage a aidé et aidera notre village à avancer.

La première stagiaire que j'ai accueillie dans ma maison, Patricia, a aidé les gens de mon village à construire et à réparer une garderie et des écoles. Nous avons même décoré des arbres. Nous n'avions pas les ressources pour faire ces travaux, mais grâce à l'appui de Mer et Monde, nous y sommes arrivés. Nous, la communauté rurale de Pambal, exprimons un grand remerciement à Mer et Monde.

Ensuite, grâce à un projet QSF de Mer et Monde, un jardin maraîcher s'est développé. Les gens du village peuvent ainsi manger des légumes biologiques et ça aide beaucoup les femmes de pouvoir faire leur marché dans le village, plutôt que d'aller acheter des légumes dans un village très éloigné. Au nom des groupements villageois de Pandiénou et Pambal, je peux dire que nous sommes très contents d'avoir ce projet d'agriculture biologique et du souci de Mer et Monde pour notre santé. Les femmes du village me demandent de transmettre leur grande satisfaction pour le travail de Mer et Monde.

Par la suite, mon stage au Québec avec Mer et Monde et la Ferme Zéphyr m'a permis d'acquérir des connaissances en agriculture, en gestion et en comptabilité pour ainsi enrichir mon travail. Cependant, ce n'est qu'une partie de ce que ce stage m'a apporté, car je suis revenue de Montréal avec plus de savoir, d'idées dans ma tête, et aussi avec plus de confiance. Mon stage m'a donné beaucoup d'expérience, et j'apporte au Sénégal de nouvelles valeurs que je veux transmettre aux jeunes du village, comme le respect, la protection de l'environnement et la ponctualité. Mer et Monde m'a aidé à vivre une belle expérience et je remercie du fond de mon cœur l'équipe de Montréal, ainsi que celle du Sénégal pour tout leur soutien.

 

 
Un vent de sable qui souffle droit au cœur
 
 

Un stage d'alphabétisation dans le village de KeurNdioukoune au Sénégal, est assurément le meilleur endroit où je pouvais me retrouver pour vivre mon expérience d'initiation à la coopération internationale.

Le caractère très informel de mon stage m'a permis de vivre au cœur de la réalité de ses habitants, où l'alphabétisation des femmes se faisait à travers leurs tâches quotidiennes.

Une femme assise par terre dans le sable, ses petits qui s'agitent autour d'elle, son cahier déposé sur un minuscule banc de bois et tenant son crayon maladroitement, s'applique avec beaucoup de concentration à écrire son nom pour la première fois. Je revois cette scène dans ma tête et à chaque fois, je suis émue. Cette image familière et banale pour nous au Québec, revêt un caractère presque sacré dans cet endroit du monde où l'accès à l'éducation est souvent un privilège.

Ce séjour déterminant en Afrique m'a permis de raffermir des engagements qui s'actualisent davantage dans mes choix et décisions, tels le sens de la communauté, un rythme de vie à mon image et la faculté de savourer l'ici et maintenant.
Merci, amies sénégalaises qui m'avez tant appris.

Anne Maynard, stagiaire d'un groupe de 50 ans et +

 

 

< précédente