Engagement et solidarité
Par Jacques Noël

Tout a commencé par une nouvelle tragique dans le journal La Tribune en 1985. Un élève de 5e du secondaire s’était suicidé par le feu. Ce drame m’a bouleversé et m’a conduit à prier pour ces jeunes en mal de vivre. Dans les jours suivants, une pensée me venait comme par une parole intérieure : « Pourquoi ne pas leur proposer toi-même un sens à la vie ? ». Comme j’étais en réorientation dans mes études universitaires, je me suis inscrit en théologie pour devenir enseignant en enseignement religieux au secondaire. Ce qui m’a aussi conduit aujourd’hui à être animateur à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire au secondaire (AVSEC).

En plus de m’occuper du volet Engagement communautaire du Programme d’éducation internationale, je développe un site web pour faire la promotion de l’engagement des jeunes pour tout le Québec. Le site Je Bénévole (www.jebenevole.org) est issu de l’engagement des jeunes de mon école à la suite du séisme en Haïti. Grâce à une subvention du Forum jeunesse de Longueuil, nous offrons une plate-forme virtuelle pour diffuser les projets citoyens des jeunes. Par exemple, nous avons mis en ligne la prestation de la troupe de danse Feli-D, qui a conçu une chorégraphie sur l’entraide en collaboration avec la Fondation québécoise du cancer.

Mon engagement professionnel se poursuit dans mes initiatives personnelles. Je suis co-fondateur de l’organisme SolidariTerre (www.solidariterre.org). Nous projetons d’habiter sur une ferme et d’offrir un milieu de vie et d’expérience de travail à des personnes en difficulté d’employabilité. Déjà je vis partiellement ce type d’engagement comme membre du C.A. de la Ferme Berthe-Rousseau (http://www.monde.ca/cbr/). À l’image des mes autres engagements, lorsque je reviens de passer une fin de semaine à cette ferme, les muscles remplis du travail en plein air et le cœur comblé de belles rencontres, je suis reconnaissant, car j’ai l’impression de recevoir plus que mon humble contribution.

 

< précédente