L’engagement citoyen : une veille permanente de nos gouvernements
Par Mamadou Faye Dialane, expert en économie, consultant en management et micro-finance et ex-député sénégalais

Les citoyens de tous les pays ont des droits à faire valoir et des devoirs à accomplir. Il importe à tout un chacun de s’exprimer par la pensée et l’action. Les règlementations, les us et coutumes des pays créent des espaces d’expression pour les citoyens. Le concept d’engagement citoyen désigne à la fois un principe d’action et un nouveau paradigme sociopolitique. Dans de nombreux domaines de l’action publique la prise en compte de l’engagement citoyen est nécessaire. Le problème est donc de savoir comment rapprocher la notion de société civile ou politique et celle de l’engagement citoyen.

Si le domaine de la société civile ne concentre pas tous les phénomènes d’engagement, il demeure néanmoins un espace privilégié d’expression de cet engagement. La notion de société civile renvoie à l’idée de civilité et de civilisation, de contre –pouvoir, de tiers secteur, de champ associatif et autres domaines des opérateurs économiques marchands. Certains le définissent simplement comme tout ce qui ne relève pas de l’État, du champ militaire, du marché, de la sphère intime, du privé.

Les organisations de la société civile doivent être des lieux d’expression par excellence d’un engagement citoyen véritable. La société civile doit être repensée au delà de sa seule dimension associative, sous l’angle d’un processus en évolution permanente et dans une perspective de régulation d’une société démocratique.

La politique, qui est l’art de bien gouverner la Cité, requiert un engagement citoyen très fort. Cet engagement citoyen doit permettre d’accroître la transparence et l’efficacité des administrations des pays. La gouvernance mondiale, avec l’accélération du processus de mondialisation caractérisée par une mobilité croissante des personnes et des capitaux à la recherche de la rentabilité et de la sécurité, exige de la part des États la mise en œuvre de politiques et de procédures financières crédibles et transparentes. L’engagement citoyen constitue un viatique et une veille permanente.
La décentralisation est un gage de succès qui permet de:

  • Améliorer la productivité de la dépense publique
  • Encourager la professionnalisation des différents acteurs de la gouvernance locale et centrale
  • Renforcer l’efficacité de la lutte contre la corruption et la concussion
  • Promouvoir le développement intégral et durable.

Dans les pays où le processus de décentralisation reste poussé et renforcé démocratiquement, la « localité » est valorisée comme échelon territorial. Ce type de gouvernance permet, d’une part, à chacun d’être un acteur dans la gestion des affaires publiques et permet d’autre part, à l’État de relever son défi majeur, celui de la reconnaissance des populations et de leur identification au pouvoir public.

 
« J’ai un an »
Par Simone Laflamme Paquette, stagiaire de Mer et Monde avec
l’Académie Ste-Thérèse au printemps 2010 à Dougnane
 

Maman et papa me diraient que je suis née le 28 mars 1993
à Montréal à l’hôpital Saint-Luc.
Ils me diraient que je suis née avec des cheveux noirs
sur la tête et la peau rose.
Ils me diraient que c’est à 5 h 50 du matin et que
ma naissance a eu lieu il y a dix-huit ans.

Non, non! Maman, papa, vous avez tort.
J’ai un an et quelques poussières.
Je suis véritablement née quand j’ai libéré mon cœur et lui ai permis d’aimer à l’infini des gens qui vivent sur une terre qui ne semble exister que dans mon imagination, des gens que je ne reverrai probablement qu’une fois dans ma vie. Des gens que j’ai côtoyés pendant dix jours et qui m’ont montré ce que c’est que le bonheur.

J’ai dû leur dire adieu,
Détourner le regard, même si je ne le voulais pas.
Laisser tomber tout plein de mains en espérant
que le souvenir de mon passage sera gravé.
Parce que mon cœur, lui, restera à jamais dans ces
terres imaginaires toutes pleines de vérités.

J’ai un an depuis que j’ai quitté Dougnane au Sénégal
et que j’ai compris ce que c’est que la vie.

     

 

< précédente