Alislamiento ciudadano
Par Vanessa Mejia Carbajal, accompagnatrice pour Mer et Monde au Honduras. *

Je crois que pour parler d’engagement citoyen, il faut d’abord parler de la « vocation de service », de cette conviction que nous sommes venus en ce monde pour servir et aider notre prochain, non nécessairement à l’intérieur d’un organisme, mais aussi en tout temps et en tout lieu.

Quand j’étais petite fille, j’ai fait du bénévolat dans différentes organisations; j’ai commencé avec un groupe de jeunes, dans la chorale de l’église de ma paroisse, et nous organisions ce que nous appelions en ce temps- là des activités de « projet social ». Il s’agissait tout simplement de visiter les personnes qui vivaient abandonnées ou oubliées par leur famille. Avec mon groupe d’amis nous réalisions des activités lucratives, pour générer des fonds qui servaient à acheter des vivres que nous partagions avec ces personnes ; quand j’étais auprès d’elles, je les sentais « de ma famille ».

Par la suite, des amis m’ont fait connaître : « Movimiento ATD Cuarto Mundo » ce fut à ce moment que j’ai découvert la grande pauvreté qui pouvait exister dans mon pays. Je dois dire que je connaissais la pauvreté, mais jamais une pauvreté aussi extrême. Je viens d’une famille hondurienne moyenne et je suis la fille d’une maman célibataire. Ma mère a dû lutter toute sa vie pour subvenir à mes besoins et c’est la personne à qui je dois ce que je suis aujourd’hui.

Je me souviens de la première fois que je me suis engagée dans la « Biblioteca de la calle » (qui n’est rien de plus que d’apporter le savoir à ceux qui ont été marginalisés par la société par le seul fait d’être pauvres). Quand j’ai connu toutes ces familles qui vivaient à l’embouchure de la rivière dans des conditions inhumaines, je me suis sentie très mal à l’aise. Je ne m’étais jamais rendu compte de cette situation qui pourtant était juste à coté de chez moi. Ce jour là j’ai su que jamais je pourrais vivre tranquille pendant qu’il existe des personnes qui vivent dans de telles conditions. J’ai su également que la meilleure manière d’aider était de dénoncer cette situation et de refuser catégoriquement d’accepter que les choses continuent ainsi.

Au fur et à mesure qu’on évolue dans une activité d’engagement citoyen, des occasions de servir s’ouvrent dans d’autres sphères; avec d’autres je rêve qu’un monde meilleur peut être possible. Une personne qui a été pour moi source d’Inspiration, c’est Alex Quiroz, un jeune de 24 ans qui a dédié sa vie depuis l’âge de 15 ans à la lutte pour les droits des siens. Il m’a enseigné que « ces personnes qui vivent dans la pauvreté se sont fait violer leurs droits humains et que nous avons le devoir moral de nous unir pour faire respecter leurs droits ».

Ainsi, j’ai connu des jeunes, engagés dans la lutte pour le respect de l’environnement, qui ont risqué leur vie pour qu’on ne détruise pas les forêts du pays; d’autres, malgré les menaces de propriétaires terriens, ont pêché du poisson dans une rivière pour satisfaire le besoin fondamental des siens de se nourrir. . ..j’ai connu des jeunes qui ont été assassinés pour avoir résisté au système afin de contrer aux inégalités.

Ces personnes, et notamment ces jeunes qui luttent jour après jour sans attendre une récompense m’inspirent, me donnent à croire qu’on doit faire quelque chose et non garder les bras croisés. L’engagement citoyen est très important pour qu’il y ait un réel changement dans la façon de penser et d’agir d’une société. Nous ne pouvons demeurer aveugles devant ce qui se passe; nous ne pouvons laisser les autres prendre des décisions qui nous affectent sans être consultés. Nous devons former les jeunes à prendre du leadership dans leur vie familiale, locale.. etc.

Aux gens qui me demandent « où pouvons- nous nous engager? » je réponds que, avant toute chose, ils doivent se demander pourquoi ils veulent s’engager…Est-ce pour être considérés comme une « bonne personne »? Est-ce la pitié qui les anime? Est-ce pour aider à changer les choses, pour éliminer les injustices?

Enfin, je terminerai en vous partageant la philosophie de vie que nous pratiquons dans le scoutisme :
« Laissons ce monde dans de meilleures conditions que celles où nous l’avons trouvé. »

* Vanessa fut accompagnatrice de Mer et Monde d’un groupe de stagiaires en 2010. Elle s’est engagée dans divers milieux dont les Scouts et un organisme qui s’appelle Biblioteca de la Calle où nous avons amené plusieurs groupe pour apporter un appui.

 

< précédente